SPA AU TEMPS DU PRINCE DE LIGNE (1735-1814)

Causerie par Gaëtan Plein

Dimanche 22 août à 17h • Terrasse du Centre culturel

Durée : 40 min

Gratuit, sur réservation 


Gaëtan Plein vous fera découvrir la vie aventureuse, l’oeuvre littéraire et les séjours à Spa d’un Bobelin fascinant, Charles Joseph de Ligne. Il fût l’un des plus brillants esprits de l’ancien régime et de la période napoléonienne. À Spa, Charles Joseph contait fleurette à la marquise de Coigny, un des plus charmants minois à la cour de Versailles. Gaëtan Plein est un conteur et chroniqueur spadois, passionné de terroir et de littérature. Il a mené autrefois son carrosse de guide touristique, tambour battant au Château de Beloeil, à Saint Pétersbourg, à Sans Soucis (Potsdam), mais aussi à Vienne…


Complément d’info :

Le Prince de Ligne est sans doute le Bobelin le plus représentatif de l’âge d’or de Spa avant la Révolution Française. Je relève un de ses bons mots qui honore notre petite ville d’eau. Il parle de son joli château de Beloeil, mais surtout sa situation centrale qui permet de voyager partout…Charles Joseph est un jouisseur, pas un propriétaire terrien. « Mon château est la plus belle propriété au monde. Mais son principal attrait est que l’on peut s’en échapper. Un carrosse vous amène en vingt heures à Paris, Londres ou Spa.»

Quel beau compliment !

A lui seul , le Prince de Ligne évoque le raffinement de l’ancien régime . Grand voyageur du XVIII ème siècle , toutes les cours européennes l’accueillent : de Saint Pétersbourg à Potsdam (château de Sans Soucis)  et de  Venise  à Bruxelles. On répète ses bons mots.

Et pourtant , ce  prince d’empire  se dit  courtisan du plus célèbre adversaire de l’ancien régime : Voltaire .  Il est acteur et témoin de cette vie de château , de bals parés , où l’Etiquette est une règle d’or. Un univers de dentelles, où l’on badine  en alexandrins ,  où l’on s’égorge élégamment en batailles rangées dans des tons « bleu de Prusse ou écarlate » .

Le blason de cette vieille noblesse wallonne est « rose et argent ». La devise latine traduite : De quelque côté que tombent les choses, la ligne reste toujours droite.

Feld marchal  autrichien, diplomate et chambellan ;  il fréquente  les artistes , les salons  éclairés , et les guerres européennes. En Crimée , il est frappé par l’art de vivre des Turcs . Il dirige un régiment russe  sous les ordres du grand Potemkine .

Homme d’esprit ,  grand témoin d’un monde qui s’effondre , il perd à la révolution française son château de Beloeil , en Hainaut . Son fils Charles meurt au cours d’ une charge de cavalerie non loin de Valmy (1792)  . Il en restera bouleversé jusqu’à la fin de ses jours . Il retourne à Vienne et habite le même quartier que Beethoven . Il correspond  avec Casanova , Goëthe  et Rousseau.

La station thermale de Teplitz en Bohème  profite du déclin de Spa . Dès 1813 , on parle de reconstruire l’Europe après la chute de Napoléon . Charles Joseph  rédigera un nombre invraisemblable de lettres , précieux témoignages de son temps .  Il sera aidé pour ses mémoires par Madame de Stael , la célèbre épistolaire.

Il regrettera avec le nouveau siècle  la germanisation de la cour de Vienne  ainsi que le déclin de la galanterie.

 Quand le roi de Prusse lui demanda quelle  est selon lui une existence comblée , il répondit : « jusqu’à trente ans , être une jolie femme ;  ensuite jusqu’à soixante ans , un général heureux à la guerre  et enfin jusqu’à 80 ans, être cardinal. »

Pour réserver, c'est ici